Mesure du dioxyde de carbone (CO2) dans les écoles


Récemment, tous les centres de services scolaires de la province ont reçu, de la part du ministère de l’Éducation du Québec (MEQ), une directive les enjoignant de mesurer les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans leurs écoles et centres respectifs. 

Le Centre de services scolaire des Chênes a donc procédé à cet exercice dans ses quelque 50 établissements et vient de transmettre au ministère les résultats des analyses effectuées.

Moyenne sous les 1 000 ppm

Dans un premier temps, il importe de préciser qu’avant même que les autorités gouvernementales ne l’exigent, le CSS des Chênes, par l’entremise de son Service des ressources matérielles, voyait déjà à un suivi continu de la qualité de l’air dans ses écoles et centres, par des mécanismes d’inspection et de prévention bien établis. 

En outre, toutes les directions d’établissement avaient reçu des consignes claires sur l’aération des locaux en période hivernale, particulièrement dans le contexte pandémique que l’on connaît. 

« Aujourd’hui, nous sommes en mesure d’affirmer que les résultats découlant de la demande du MEQ s’avèrent rassurants. En effet, la moyenne des taux de CO2 prélevés dans l’ensemble des établissements du Centre de services scolaire des Chênes est de 955 ppm (parties par million), alors que le seuil souhaité par le ministère est de 1 000 ppm lorsque toutes les mesures correctives sont bien appliquées, » indique M. Yves Gendron, directeur du Service des ressources matérielles au CSS des Chênes.

Les taux observés (ppm), selon les établissements du centre de services scolaire, varient entre 654 et 1 192. Dans la vaste majorité des cas, on se situe à un taux inférieur à 1 000 ppm. 

Seuil de « priorité 3 » pour le CSS des Chênes

Soulignons qu’aux fins de l’analyse réalisée au cours des dernières semaines, le MEQ avait fixé des seuils de priorité pour le traitement des cas non conformes dépassant un taux de 1 000 ppm:

• PRIORITÉ 1: concentration de CO2 supérieure à 2 000 ppm : des mesures correctives immédiates doivent être mises en place pour corriger la situation ;

• PRIORITÉ 2 : concentration de CO2 entre 1 500 et 2 000 ppm : des mesures correctives doivent être mises en place rapidement pour corriger la situation ;

• PRIORITÉ 3 : concentration de CO2 entre 1 000 et 1 500 ppm : des mesures doivent être mises en place dans les meilleurs délais pour améliorer la situation.

À la lumière des résultats obtenus, une minorité d’établissements du CSS des Chênes se retrouve dans le seuil de « priorité 3 ». 

« De manière générale, il est reconnu qu’un taux de CO2 inférieur à 1 000 ppm favorise la réussite éducative. C’est donc l’objectif à atteindre dans toutes les situations. Cela dit, le ministère a jugé que des résultats inférieurs à 1 500 ppm étaient acceptables bien qu’au-dessus de l’objectif visé. Nous devons quand même nous pencher sur les cas où le taux dépasse les 1 000 ppm, afin d’apporter des améliorations et atteindre l’objectif. Nous prendrons donc les actions correctives nécessaires là où cela s’impose et travaillerons de concert avec les directions d’établissement concernées pour arriver à ces fins, » de dire Yves Gendron.

Incidemment, le Centre de services scolaire des Chênes met à la disposition de tous ses établissements différents outils de référence accessibles en tout temps, dont le Document de référence sur la qualité de l’air dans les établissements scolaires, publié par le MEQ.

Il va de soi qu’une ventilation adéquate des milieux intérieurs constitue une mesure de gestion efficace des contaminants de l’air intérieur (incluant les aérosols) qui peuvent contenir des virus. Cette ventilation peut être effectuée, selon les établissements, à l’aide de systèmes mécaniques centralisés, de fenêtres ou de tout type d’ouverture permettant une aération naturelle.



Publié le 2021-03-23


Autres nouvelles